PABLO ALFAYA

Retrouvez PABLO ALFAYA sur :

Écoutez PABLO ALFAYA sur :

PABLO ALFAYA

Single "Sad Night Dancing" - sortie le 20 septembre chez Vietnam Label

Vingt cinq ans, père italo-espagnol, mère argentine, né en France; nom : Pablo Ramos, aka “Pablo Alfaya”. Pablo et sa pop contemporaine, gracieuse, qui renvoie autant à Beach House qu’à David Bowie. « Mais le disque que j’écoute le plus, c’est Surf’s Up des Beach Boys », dit-il. Pablo guitariste- clavier-bassiste-chanteur, qui se revoit « en train de faire de la batterie sur un seau à champagne dans le salon, sur un disque des Andrew Sisters »… « Je devais avoir 6 ans. Mais le jour où ma mère est entrée dans ma chambre et m’a demandé de choisir un instrument que je voulais apprendre et que j’ai dit ‘la batterie !!’, elle m’a répondu : ‘tu devrais choisir la guitare, c’est plus facile à transporter et c’est mieux pour draguer les filles’. C’était signé pour la guitare. » C’est sa grand-mère, argentine, qui lui offrira sa première six cordes. L’Argentine, c’est important pour Pablo. « L’Argentine, c’est le foot, les bouteilles de Coca plus grandes qu’en Europe, mais c’est aussi et surtout ma mère qui a traversé les continents pour venir en France se faire la vie qu’ELLE a décidé. Pour moi, cela représente le champ des possibles, pas de limites pour les rêves… » Pas de frontières non plus dans la musique de Pablo. « La musique, c’est le seul moment où j’arrive à communiquer correctement, et de manière positive, avec le monde autour de moi. La musique me donne envie d’être amoureux, de faire de la vie de tous les jours des scènes de film. Ça me donne envie de faire des tournées au Japon ». Puis il ajoute «j’ai toujours voulu être un héros».

On en parle dans la presse

“Le genre de titre qu’aurait pu imaginer Brian Wilson des Beach Boys dans ses belles années” Libération
« Pablo Alfaya va vous faire aimer la pop et les naufrages” Les Inrocks
“Un Franco-Argentin qui chante l’océan comme à la grande époque des Beach Boys” Brain Magazine
“Pablo Alfaya a certainement grandi avec MGMT, les Beach Boys et un coquillage dans les oreilles” Jack

Clips

Fermer le menu